DAKHLA JANVIER 2013

BONNE ANNEE

Bonne année à tous les fidèles lecteurs. En particulier à Lionel qui est à l'hôpital.

Dernières images de 2012, ensablement du bus de Dominique. Après quelques heures de coups de pelles, ce sera finalement un dépanneur qui le sortire. 1800 Dh. J'ai pu récupérer les photos faites sur place.

ensablement   on coule   Dominique   l'empreinte

Le petit camping car espagnol habité par Christelle une suisse et Francesco un italien, fait son apparition chaque semaine pendant  quelques jours pour recharger les batteries. Ils peuvent tenir 3 ou 4 jours avec leur petite batterie de 70 A sans panneau solaire ni groupe électrogène. Ce n’est pas le cas des Airbus de Michel et Ledouzal.  Ils sont obligés de mettre le groupe en route pour faire le café. Les bus Dalmachiens et Dominique  partent ce matin pour le tropique du capricorne. Mes voisins partent également ainsi que les suisso-italiens. Le vent n’a pas faibli, mais le soleil brille toujours autant.

Les airbus ont installé un panneau solaire à grand frais. J’ai pu boire un expresso solaire…

Lionel est rentré de l’hôpital avec de belles béquilles et retrouvé son chat. Roland n’a pas ménagé ses efforts pour les navettes entre l’hôpital et le bus ensablé.

suisso italo espagnol   Christelle   chaise roulante Lionel   place du village

Le rallye Africa, substitut du Paris Dakar fait étape à Dakhla. Un peu de distraction et de rêve devant ces insectes survitaminés et le scarabé de Shlesser.

         

      schlesser   

Un convoi humanitaire allemand en partance pour le Sénégal a envhai le périmètre. Ils sont presque dans mon ccar.

invasion      p1060540.jpg   

La demande de prolongation à Dakhla, c'est bien plus simple, 2 photos, 2 photocop passeport, une facture camping. Mais hélas, certaines autorités jouent avec nous en nous faisant revenir trois fois. Et on ne peut que la fermer et faire semblant d'être calme. Ils se moquent de nous, nous baladent, ou sont absents au rendez vous qu'ils vous ont fixé. Patience et bonne humeur. Ce détail méritait d'être souligné   

Elle est pô belle la vie ? Disent ils tous avec lenteur. Plage abandonnée, coquill.... Michel m'a invité à manger un tee bon comme on n'en trouve pas en France, une vraie plaque d'égout. Aujourd'hui, Sylvie nous a servi sa soupe de champagne, petit repas sympa avec salade de fruits à la chantilly. Oui, nous sommes bien dans le Sahara! La croisette, le cours Mirabeau d'Aix, le vieux port, le martrois d'Orléans, pfff, c'est la haut tout ça. Avec mon régime bananes, je n'ai plus l'habitude de ces orgies romaines. Les 5000 dh qu'a mis Michel pour le panneau solaire, lui ont permis de faire une seule fois l'expresso. J'ai donc bu un café à 500 Euros, autant vous dire que je l'ai savouré.

6 janvier

 5 H du mat, pas de frisson, tout s’illumine, les groupes electrogènes ont été mis en route pour le réveil du convoi humanitaire. Démontage des tentes, petit déjeuner, chargement des véhicules, le tout en silence. Les 35 voitures vont descendre vers la Mauritanie et le Sénégal. Je profite du 220 pour mettre le site à jour car j’ai oublié de brancher le PC hier soir. Pas de bol, débit internet zéro. 

Il est 6 h, le convoi s’ébranle, tout ve redevenir calme et si j’ai du courage, je vais peut être me recoucher. 

Le vent a faibli, mais vient de l’est, donc le ciel est ensablé et la température douce.

Pour les amis, qui imaginent que le Sahara est hostile, balayé par le vent (un peu vrai) où il n’y a que du poulet à manger, que du sable et des petites épiceries poussiéreuses, des tentes nomades et des chameaux… Quelques photos urbaines, de l’architecture lecorbusienne,  des étals débordants, et quelques énergumènes en quad. Les avenues sont disproportionnées, les portes de ville démesurées et les casernes surpeuplées.

2cole privée   ministère marine   Porte   une caserne

poussins   le pacha   Samarcan   le châtelain et le pacha

Michel, (le pacha), Roland, (le châtelain) et moi (le colonel) nous retrouvons en ville. Le pacha, par l’odeur alléché, se retrouve comme un chien guidé par son flair, devant l’étal du boucher, celui qui découpe des côtes de bœuf. Le châtelain, dans sa limousine assortie aux couleurs du château transporte le colonel, crête ébouriffée. Les 3 compères se donnent RDV au Samarcan pour prendre un nasnas en terrasse, caressés par les alizées. Merde, un projet de bouffe germe encore une fois, et l’imprévu laisse peu de choix. Encore des tee bon ! Ca pourrait être pire, une fois n’est pas coutume… Nous déjeunerons sur la terrasse du cartago, face à la mer, la chatelaine est là, la compagne du pacha aussi, mais "la colonelle" est en France. Pendant que l’odeur du grill nous caresse les narines et que la boisson anisée nous désaltère, nous nous lamentons sur notre sort, ah, putain, le désert. Mais où sont nos légionnaires, et le pacha cherche ses matelots, le châtelain, ses laqués !

les polits   les môtons   les bief   la côte di bief

Ahhhh, pffff, ce soir, le châtelain donne une petite soirée, vu mon grade et le protocole, le pacha et moi, ne pouvons nous dérober !!! Encore du foie gras maison ! Nous l’avons bien sûr, sommé de ne pas oublier le monbazillac 1989. 

7  janvier

En fin de matinée, le châtelain et le pacha frappent à ma porte. Je sors de la douche et leur dit " bonjour mes segneurs, je viens de me graisser la crête à l'huile d'argan" Ca les fait rire bien sûr.  Michel, qui n'a jamais fait les courses de sa vie, se régale dans ce nouveau sport, ça l'amuse beaucoup. Pourtant, cet après midi, bien que la liste de soeur Béatrice fut très claire, il nous ramena des concombres à la place des courgettes et des poireaux à la place des oignons blancs. Ce soir, il a emmené son groupe électrogène pour faire installer un silencieux. Le gaga ragiste lui a soudé un pot d'échappement pourri qu'il a du trouver sur la mobylette qui était dans un caniveau. Les essais se firent en fin de soirée, c'est toujours aussi bruyant, mais beaucoup moins joli. 

D'un coup de colère, j'ai fait des crêpes que j'ai portées à domicile chez Roland, chez Michel, chez Lionel et quand je m'apprêtais à livrer William, il partait avec sa cavalière en moto. J'en mangerai donc un peu plus. J'attends avec impatience les alcools que j'ai commandés, j'aurais pu les flamber! 

C'est la première fois que je vois une telle ambiance ici. Un vrai village avec le quartier des 3 compères auquel se sont greffés Christine et William, le quartier de JP, Lionel et les cousins du Quebec, le quartier de cheveux de feu et Patrick. Chaque matin, je fais le tour de ce village pour saluer tout le monde, chaque soir il y a un attroupement apéro ou réunion de bureau quelque part et de temps en temps des passages Christelle et Fransesco. Ce soir nous avons eu le passage de Dominique et Roland avec qui nous avions fait quelques fêtes l'année dernière. Nous aprécions ce brassage de populations diverses grâce à ce cadre et au calme qui y règne. Deviendrions nous sectaires? Peut être, quand un inconnu tente de déstabiliser cette harmonie en cherchant une place trop près de nous, le pacha met son groupe en route, faisant fuir les plus avides de sensations. Quelle mentalité nous avons! ne vous inquiètez pas Gilbert et Alfreda, Job et Thierry nous ne vous ferons pas le coup si vous venez nous rendre visite. 

   PAS TROP PRES

Lionel, notre handicapé, a enfin reçu sa courroie de variateur. vu son état, Roland et moi nous mettons à la tâche. Pas si simple, écarter les flasques, sortir la bouillie de courroie qui s'est introduite dans les axes, démonter les plaques de visite sous le plancher... Comme ni JP ni le pacha ne passent dessous et que Roland est à quatres pattes sur le carter avec des cales en bois pour tout bloquer, je passe dessous, il y a juste la place pour moi, mon nez touche le plancher et je suis obligé de tourner la tête pour ne pas rayer son plancher. Le remontage terminé, Lionel monte dedans avec son pied en vrac et, au bord de l'orgasme, il met en route et le gare près de sa cabane.

10 janvier : Belle aventure hier, mais pas d'appareil photo. Michel et moi partons en quad et à la vue de la petite plage de sable farineux, nous ne pouvons nous empêcher d'y mettre nos roues. Quand ça devient limite, je mets en 4X4 et remonte avec beaucoup de mal sur le dur. Michel va malgrè tout plus loin et il s'ensable jusqu'à mi jantes. Je déroule alors mon câble de treuil, trop court, je fouille et trouve une sangle que j'attache au bout. Trop court. J'avance de 3 m dans le mou, bloque les freins et enroule. Le pacha est sorti, je décroche tout, marche arrière, PLANTE! Nous repassons la sangle derrière, le pacha tente de me remorquer, PLANTE. Fous rires et appel d'un gros pick up stationné pas loin. Il manoeuvre, accroche, PLANTE! Une 205 passe, accroche le pick up, la sangle casse. Un gros patrol passe, s'arrête, un sahraoui au look touareg, la classe. Pantalon cam sable, pataugas, chèche... Il sort une corde à chameau, accroche le pick up, les deux quad, et VRAOUMMMMM VRAOUMMMMM, il sort la grappe complète. Je lui tend un billet, il refuse en disant: "sahraoui" il ne veut rien, je propose au deux autres voitures, refus. Nous rentrons avec le projet de recommencer avec appareil photo, sangles de camion et téléphone.

Potins du village. Je me fais engueuler par mail et dans le camping (William) quand je n'écris pas depuis plus de trois jours. Je me suis fait une fantaisie en me teignant la crête en rouge. Je suis l'attraction, bientôt on me jettera des cacahuettes. Lionel m'invite à déjeuner en ville, avec sa patte folle, il ne peut conduire son buggy. Chouette, je vais conduire le monstre. Au départ devant la porte, le pied dedans, demi tour sur place, ça promet. Pour aller en ville, on ne va pas trop faire les cons, mais après le repas, retour par les pistes. Ca envoie plus fort que je ne pensais, 120 km/h sur le glacis.  Roland est tombé en panne, aussitôt, branle bas de combat, le pacha en quad et moi avec Robert et des sangles. Pb, il est absolument interdit de tracter sans barre et il y a un policier juste devant. Je dis à Robert d'attendre, je vais demander au policier gentiment pour dégager la voiture du carrefour et ensuite, nous partirons. Il me répond "NON" avec ton look, il vont t'enfermer, j'y vais. Finalement, la limousine du château repartira toute seule, un simple mauvais contact. A mon retour, j'ai eu droit au défilé de curieux et aux photos, une vraie star.

Retour de Christine, qui s’est tapé 3600 km pour récupérer ses bagages à Casablanca. Air France n’a pas été capable de renvoyer ses sacs jusqu’à Dakhla en faisant un geste commercial pour redorer son blason. Et il est bien terni leur blason, bagages non embarqués au départ ! Heureusement qu’ils ne contenaient pas un traitement médical vital !

Christelle et Francesco sont de retour pour se ressourcer quelques jours. Le village s’agrandit de jour en jour. Tu es partie bien trop tôt Marie. Il est vrai que pendant un mois, nous n’étions que 3 équipages perdus dans ce vaste camping, balayés par des vents de 30 à 40 nœuds. L’année prochaine, nous partons plus tard ou essayons de convaincre la bande de venir plus tôt.

Ce midi, encore un repas de « cohésion » chez Michel et ensuite, nous devrions faire une vidéo avec le buggy ou plutôt le SSV de Lionel. Un caméra GOpro vers la route et ma cam orégon vers la cabine. Le 1000 canam va causer.

LIONEL    DEPANNAGE   REFLEXION   ACTION

13 janvier  Les chiens montent la garde, pauvre Hoky qui est en France avec Marie. Ce midi repas coq d'or, avec le crête, ça passera bien. Le camping ne va pas tarder à déborder et il n'y aura plus de place pour Job. Le vent devrait se lever demain, excellent test pour ceux qui ne connaissent pas. J'avais passé commande de pastis à ceux qui descendent, il semblerait qu'il y ait rupture de stoc dans toute la zone commerciale d'Algésiras. A ceux qui me lisent et vont entrer en Espagne pour aboutir à Dakhla, je commande du pastis ou toute boisson y ressemblant.

Hedy, le chien du châtelin   Fiona, la chienne du Pacha   transport handicapé   Dame Béa et le pacha

le coq d'or   salon des VIP   Le Samarquan   retour dignes

Les frappes aériennes ont commencé au Mali, espérons que nous ne nous retrouvions pas sommés de remonter au nord, escortés par l'armée. Quoique, le site s'enrichirait d'anecdotes insolites. Mais ça m'étonnerait que nous en arrivions là!

Le camping s’est à nouveau vidé, Job est arrivé avec les parents de Heddy, son bus et sa mobylette. Faute de passage de convoi humanitaire ou rallyes raids, la vie au village se transforme en exclusivité « Moussafir  beach »  ou plutôt en cour de récréation. Les voyageurs de passage nous observent avec méfiance jusqu’à ce que nous les rassurions. Des courses de chiens sont organisées, lévriers contre bulldog et je peux dire qu’au démarrage, le bulldog enfume les lévriers pendant les dix premiers mètres. Le châtelain est encore tombé en panne avec sa limousine. Le pacha, incapable de planter un clou ou visser un écrou, « bègue des doigts » lui demande de passer en automatique. Etonné, le châtelain, qui roule avec sa voiture depuis 2 ans, lui rétorque qu’elle n’est pas automatique ! Notre handicapé du bricolage lui indique alors le bouton qui passe la voiture en automatique, et surprise, le châtelain, qui a construit son bus tout seul, qui répare tout ce qui ne fonctionne plus, découvre qu’il a une voiture automatique depuis 2 ans. 

le bus de JOB   cohésion   course de chiens   kite à Moussafir

 Ce soir, crêpes partie! C'est moi même que j'ai tout fait. Job a amené le jambon, Christine le chocolat fondu, Sylviele cidre, dame Béa sa bonne humeur et nous sommes en train de créer un noyau dur avec Patrick, William et Lionel. Il ne manque que le parrain! J'espère que Marie pourra nous rejoindre avec Hoky, qu'elle découvre ce qu'elle n'a pas eu le temps de voir. Nous ne jouons pas à la pétanque, ni aux cartes et nous ne nous enfermons pas à 19 h dans nos roulottes. D'après les nombreux mails que je reçois, il semblerait que de nombreux migrateurs soient tentés de venir se mêler à nous. Pas de problèmes, tous ceux qui disent bonjour sont imméditement intégrés. Il n'y a pas de hiérarchie, faut pas déconner quand même, nous avons tous connu ça, surtout moi. Je viens donc de créer un forum qui permettra d'échanger des idées ou de déconner. Demain, le vent étant tombé, nous ferons une sortie quad et moto. Lionel a acheté des poulets (cuits) 

17 janvier. J'ai entendu dire qu'il neigeait en France.  Quelle chance, quand il fait moins froid, on enlève une couche. Ici, pas de bol, nous n'avons rien à enlever.

La sortie quad fut un régal de sensations et un éblouissement de désert. Sauvage, aride, grandiose...un décor qui ressemble aux photos envoyées depuis la planète Mars. Des déboullés avec panache de poussière, des passages difficiles, du sable, des pierres... Un régal pour une Transalp un buggy et deux quads, puis un casse croute pris au milieu de nulle part. Seul bémol, mon parallélisme, suite à un tonneau, impossible de régler sans changer les triangles, réultat: pneu avant gauche à durée de vie très très limitée. Mais ça n'empêche pas de rouler en rupture.

         

la dune blanche Dakhla   le désert   les pièges   la piste

A la demande du consulat de France, je fais le recensement nominatif du camping... A vérifier, El Argoub est évacué. Fausse rumeur comme quoi le frontière mauritanienne est fermé, il s'agit de la frontière Mali Mauritanie. A suivre. De toute façon, nous ne bougerons pas,    on a du ricard!!!

Repas chez le pacha, sortie de table à 15 h, comme d'habitude. Roland retrousse les manche, on va essayer de régler le parallélisme du quad. Changer le pneu avant gauche tous les 500 km, ça suffit.Tout est aligné à la ficelle, bloqué, direction la station pour changer le pneu savonette. Une fois tout en place, je ne peux que constater, il a pris un méchant coup le triangle de suspension, je suis obligé de compenser à gauche tant il tire à droite. Je sais donc que je vais faire deux sorties maxi avant de changer à nouveau le pneu.

Cheveux de feu, Marie et J. Marie remontent vers Boujdour. Un petit fourgon est arrivé qui devrait se rendre en Mauritanie...Ils voyagent pour une cause, la planète .On peut dire qu'ils ont du boulot!!!

Un Hollandais vient d'arriver avec un engin du diable, des anglais avec un camion énorme, un autre Michel un peu hors normes, vol delta, parapente, kite, char à voile et maquettes d'avions radiocommandés. Cyclotouriste hors catégories, motard de l'extrême, il a silloné la planéte sur 2 roues.

cheveux de feu, Marie et J. Marie      Sonia, Olivier et Robert   le Hollandais

le gros camion   Michel   la mobylette   complètement en eau

Ce matin, je me suis rasé, il y a beaucoup plus de figure à raser... Ce midi, repas en ville, un peu déçus par rapport aux autres fois. Les potes doivent être fatigués, ils ne font plus de conneries et je n'ai plus d'anecdotes à raconter. Tout est la faute du pacha.

équipée sauvage   le coq d'or   la rue   le samarcan

La routine s'installe, va falloir faire preuve d'imagination mes seigneurs, je ne vais quand même pas me mettre une plume dans le c... pour que vous vous fendiez la g.... Quoique, avec la mouette qu'a pêché Patrick, il y a de quoi faire!

Lionel est parti vers Marrakech, William au PK 25, le consulat de France m'a envoyé un message de recommandation, les compères ne bougent toujours pas et Marie arrive vendredi soir.avec Hoky, J'ai trois jours pour ranger la cabane et faire le ménage.

Mme la Consule transmet le message sécurité de l'Ambassade à l'attention de la Communauté Française.
Pour information :
 "Dans le contexte de l'opération militaire française au Mali, l'ambassade a décidé, en liaison avec les autorités du Royaume, de renforcer les dispositifs de sécurité autour des emprises officielles de la France au Maroc, y compris les établissements scolaires et les instituts. Même si aucune menace spécifique n'a été relevée contre les intérêts français au Maroc, la plus grande vigilance s'impose à tous. Tout message ou signalement suspect doit être relayé sans délai au Consulat de votre lieu de résidence."
N'hésitez pas à faire passer le message auprès des camping-caristes de l'importance de cette communication avec le consulat.
Bien cordialement et bonne continuation dans votre découverte.
Ratiba Dufrénoy
Consulat Général de France à Agadir
Tél : 00 212 (0)5 28 29 91 78

 Cette fois, ras le bol, je ne viens plus à Dakhla! Fais chier! Après le projet d'acheter un buggy, je viens de découvrir le char à voile, j'en veux un! Nous sommes partis rejoindre Michel pour une initiation. Fabuleux, ça démarre comme une balle,problème,,il n'y a pas de freins, alors il suffit de tout lâcher. Les premiers réflexes sont de tirer sur la drisse, alors... ça accélère! Mais au bout de quelques minutes, on arrive à comprendre et on se prend vite au jeu.

le padock   le maestro   le pacha   le châtelain

le colonel   petit run   le maestro   il revient de chine

SOS  SOS La route d'Agadir à Dakhla passe près d'une boucherie porcine (avant magasin métro, vers garage location grues) Prenez des saucissons que nous vous achèterons   SOS   SOS

SOS  SOS La route d'Agadir à Dakhla passe près d'une boucherie porcine (avant magasin métro, vers garage location grues) Prenez des saucissons que nous vous achèterons   SOS   SOS        Au pire, à Marjane, rayon pâté sucisson... 

Date de dernière mise à jour : 24/01/2013

BRIDOM FRANCE - View my most interesting photos on Flickriver

www.flickr.com
DOM MATHIEU MAROC MAURITANIE photoset DOM MATHIEU MAROC MAURITANIE photoset