ATLANTIQUE

2 novembre, départ 8 h. Je devrais  passer par le pertus, mais le Gps me propose Perpignan Saragosse en travers. Je regarde, c'est effectivement bien plus court. Je passe par ille sur têt, pas loin de font Remeu, je ne prendrai  plus jamais cette route. Arrivé à Saragosse, nous continuons pendant 100 km et nous installons pour la nuit sur une aire de repos. Il est 18 h, il fait nuit et le thermometre affiche 20 °.Marie prépare un petit repas et au lit. Bien trop tôt!!! Je me réveille prêt à reprendre la route, après vérification, il est 1 h du matin. Je vais donc redormir, deuxième réveil, il est 3 h cette fois. Merie  me traite de fou, je déjeune tranquillement et redémarre à 4 H. Marie reste au lit et a récupéré le chien. Je pensais descendre en 3 jours, mais je me sens d'arriver ce soir à Algéciras. J'ai de l'avance.

Finalement, après 13 h de route, avec un temps épouvantable, nous sommes à destination et prenons les billets chez guteriez. 200 Euros cette année, Avec le carburant, ça fait déja plus de 400, mais à partir de demain, le GO est à 0.80 cts et le kg de tomates à 0.30.

Je suis crevé, je pense que je vais dormir comme une bête. Demain nous embarquons sur le ferry à 8 h 30 pour Tanger.

le port   dernier embarqué   Hoky découvre les embruns   créneau assisté

Nous nous installons ensuite à proximité du Mac do pour la connexion internet et faisons quelques courses au centre commercial. Hoky garde la maison, mais c’est un mauvais chien de garde. A notre retour, il dort ! A 21 h, tout le monde au lit.

Nous sommes debout à 7h et aurons donc le bateau de 9 h. En arrivant à 8 h 20 le ferry de 8 h a un peu de retard, et en nous voyant arriver, quelqu’un nous fait signe d’embarquer. Quelle chance, nous n’avons même pas attendu. Cerise sur le gâteau, nous débarquons les premiers. Comble du bonheur, le passage en douane se passe comme une lettre à la poste, du jamais vu.

Nous faisons le plein à la première station, le carburant aussi a augmenté : 8.30 le litre de GO. Je prends  une nouvelle puce pour mon téléphone marocain et le modem internet et nous partons vers Larrache. Le temps est épouvantable. A peine installé, j’envoie un SMS à Sylvie et Roland, puis à Angélique et Alex et je téléphone à Dakhla pour savoir si le camping Moussafir est toujours ouvert.  Lorsque je veux à nouveau téléphoner, un message me dit que mon crédit est épuisé ! Purée, je me suis fait avoir ? Je tente la connexion internet, pas de résultat. Je me suis bien fait avoir.

Quatrième journée, direction Rabat. Je n’ai plus de téléphone, je ne verrai donc pas Lahcen.  Nous arrêtons à Marjane pour prendre de l’eau, des fruits secs et des légumes. Direction Essaouira où nous devrions être vers 20 h. A 60 km de la destination, un bruit de ferraille qui racle la route ! Je m’arrête immédiatement et trouve la remorque encore accrochée mais timon cassé.  A l’intérieur, le quad doit bien piquer du nez. Moi qui aime la difficulté, je suis servi ! Dans mon malheur, le timon a cédé dans un village, juste devant un « garage » qui n’a de garage que le nom, mais dont l’équipe me ressoude tout ça de nuit et sous la pluie. 3 heures après, tout est OK, je m’en tire pour 20 Euros un paquet de cigarettes et 5 bières. Nous dormons sur place bien sûr.  Marie n’est pas vraiment rassurée, le chien s’en fout et j’ai envie de dormir !

timon cassé   garage dieseliste   atelier et chambre au fond   pressoir

Cinquième jour, nous arrêtons à Essaouira, j’ai promis à René de lui faire des photos de sa ville de jeunesse. Nous irons ensuite à la banque et à Maroc telecom. Un coup de chance, il en faut bien un peu, nous pouvons nous garer juste devant ce que nous cherchons.  Les ouvertures sont prévue à 8 h 30, nous attendons patiemment,  jusqu’à bien au-delà,  avec  deux autres personnes qui n’ont pas l’air de trouver ça anormal. Pour patienter, nous allons à un kiosque et apprenons que c’est une journée fériée.

Pas grave, nous arrivons à Atlantica plus tôt et nous installons pour la nuit. Il faut faire de l’eau, vidanger, faire la lessive et prendre une « vraie grande douche » Il fait 27°. Le campîng est maintenant en wifi, fini les modem 3G maroctelecom.

Une mosquée est en cours de construction devant le parc aquatique, à l'extérieur.

déja vu   le fauve   design 2013   

WEBCAM AGADIRIci, vision de la plage d'Agadir en cam et météo.

Huitième jour.Nous quittons Imi Ouaddar pour Sidi Bibi. Un arrêt à Imourane pour saluer Tina et Pierre, un deuxième arrêt à Marjane pour la logistique et visite du souk de Sidi Bibi.Des légumes à profusion, de la quincaillerie et les fours à pain sur les trottoirs. Nous prenons un kg de mandarines à 4 Dh, un kg de tomates à 2 Dh (moins de 0.20 Euros) et deux pains sortant du four. Après le déjeuner dans le camping car, Marie me propose d'aller jusqu'à Tiznit, ce qui nous fera moins de km demain pour la prochaine étape. Arrivés dans la capitale du bijou, nous traînons un peu dans la médina et prenons un verre à une terrasse. Cette ville est de plus en plus agréable, belle et propre. A notre retour au camping, nous découvrons un convoi humanitaire, "les amis de la casamance" qui a pour destination le Sénégal. 3 petits camions assistance et 25 Kangoo, qui s'installent à côté de nous. Ces kangoo fournis, par ERDF et qui sont en bout de course, sont confiés à des LEP mécanique pour être retapés et donnés au Sénégal. C'est le dixième voyage, c'est à dire 250 voitures. Le retour se fait en avion, sauf pour les camions assistance. L'opération dure environ trois semaines. Aventure plutôt sympatique.

Tiznit   circulation   la médina   la médina

ombre et lumière   services médicaux    convoi humanitaire   le camping

Bonne nuit

Il est tôt quand le convoi se met en branle. Nous déjeunons, je vais chercher du pain à la médina et nous prenons la route. Nous doublons ce même convoi alors que les véhicules font les pleins dans une station.  Un peu plus tard, la caravane nous double pendant notre pause café. Le vent trois quart arrière fait baisser la consommation. Arrivé à Oued Chbika, nous pausons les amarres pour passer la nuit. Pas de chance, il y a déjà un camping car, nous ne serons pas « seuls au monde » dans cette baie sauvage.  Le vent est de plus en plus violent, nous nous croirions en bateau jusqu’à l’eau de la casserole qui menace de se renverser. Toute la nuit, des sifflements, des rafales et  quelques claquements, sans compter le tangage,  nous empêcheront de dormir.

Nous déjeunons tôt et le vent est si violent que nous quitterons Chébika, la marche dans les dunes serait trop pénible. Un petit arrêt à Oued Mafatma pour tenter d’avoir la connexion internet qui nous a fait défaut hier. Miracle, un tout petit débit me permet de mettre une photo sur face book. 15 km plus loin nous faisons le plein aux premières stations hors taxe. Augmentation : 62 Dh le litre (0.60 Euro)

Finalement, nous continuons jusqu’à Laayoune. Nous déjeunons dans le centre ville et repartons pour Foum el oued, la route est couverte de sable, il y a même des congères qui obligent à passer aux pas. Plus nous descendons et plus les routes sont larges dans les villes. Jusqu’à présent, nous avons constaté une énorme amélioration de l’état des routes. Il ne reste plus que 500 km que nous ferons en deux fois, nous commençons à fatiguer et il nous tarde d’arriver pour déplier le barnum. Cette nuit nous aurons le bruit des vagues qui déferlent… 

convoi humanitaire   oued chebika   congères   tarfaya

tantan   laayoune   laayoune   oued-el-waaer

Nous sommes au onzième jour. Les routes sont toujours aussi étroites et pourries entre Laayoune et Boujdour. Les acotements ne sont toujours pas stabilisés. Destination Boujdour, au camping Sahara line pour faire un peu de lessive et prendre une vraie grande douche et surtout se connecter avec un bon signal. Au km 80, un accident. Un camion s'est renversé et barre la route. Heureusement, un bus de militaire de passage a aménagé les fossés avec des pierres, permettant d'éviter le bouchon. Le passage est cahotique, mais c'est mieux que d'attendre une grue située à plus d'une heure d'ici.

Foum el oued   accident   accident   boujdour

Nous sommes à 2 jours de Sylvie et Roland et en contact par phone ou skype (environ 1000 km). 

Installation au camping, de l'eau, de l'électricité et un bon débit internet. Dans la ville, contrastes entre le gigantesques avenues et les rues adjascentes, pas toujours goudronnées. Cette ville ressemble beaucoup à Dakhla. En plein désert et loin de tout. En terrasse, difficile de savoir dans laquelle nous sommes. Seule différence, elle est reliée en électricité et eau courante. Au nord, 200 km de route désertique pour aller à Laayoune et au sud, 300 km de même route pour rejoindre Dakhla. Il vaut mieux penser à faire le plein de GO avant de partir. Le nombre de garages avec moteur de bateau hors bord reflète une économie tournée vers la pêche.

avenue-boujdour   centre-ville   centre-ville   route-de-la-plage

Dernière ligne droite. Nous avons eu Sylvie et savons que Gilbert et Alfreda devraient arriver bientôt. Je les avais eu sur internet il y a un mois. Les derniers km sont longs, la route est toujours aussi étroite et monotone. Les fleurs de la route du sahara sont des pneus éclatés par ci par là, des tas de cailloux montés en équilibre, trois stations (km 140, km 170 et km 240) qui sont souvent à sec, et quelques dromadaires (ici on dit chameaux)

J'ai appris que je n'étais pas le seul malchanceux, Pierre a crevé deux fois, Jean Pierre a crevé, et un voisin de parking de Boujdour a crevé. A trente km de l'arrivée, nous découvrons cette fascinante lagune, du grandiose! Puis après le troisième barrage de police, nous arrivons enfin et Nordine est au garde à vous entonnant sa chanson du marin qui revient de guerre. Nous prenons la place qui a le plus beau point de vue, qui a la meilleure connexion, qui est à côté du bloc sanitaire et qui est à l'abrit des vents dominants. Nous sommes 4 dans le camping. Il n'y a pas de vent? Non, même pas une petite brise, il fait une chaleur torride.

A SUIVRE...

etat-des-routes   fleur-du-desert   chameaux   km 106

lagune   lagune   installation   notre jardin

Date de dernière mise à jour : 14/11/2012

BRIDOM FRANCE - View my most interesting photos on Flickriver

www.flickr.com
DOM MATHIEU MAROC MAURITANIE photoset DOM MATHIEU MAROC MAURITANIE photoset