SAHARA

Le plus beau ciel étoilé du monde

 

Il fait nuit quand le montage est terminé et je revois ce ciel unique où les étoiles brillent comme nulle part ailleurs.

L'accueil fut à la hauteur de l'hospitalité marocaine. Outre le salut respectueux et chaleureux de Nordine et la visite de Lahcen, j'ai retrouvé quelques vieilles  connaissances européennes.Guy et Marie Line ont quitté le km 25 et sont venus s'installer pas loin de moi. Il règne en effet une ambiance de sur-proximité dans cette concentration de pêcheurs. Et pourtant, le km 25 n'est occupé qu'au tiers. En passant, j'ai encore pu vérifier les fantaisies de radio camping car à Sidi Ifni, comme quoi il n'y avait plus de place à Dakhla. Des affirmations fermes tenues de soit disant copains par téléphone. Nous sommes 8 à Moussafir et environ 40 dans la lagune. Personne ne s'est encore installé près du poste militaire qui est en face de Moussafir.

Marie doit repartir et j'ai très peu de temps pour lui montrer l'essentiel de cette ville de 100 000 habitants. Les avenues sont de plus en plus belles, les immeubles neufs poussent comme des champignons, mais les faubourgs sont aussi glauques qu'à Sidi Ifni.

 levé de soleil dans le désert   le temple du sky surf   les avenues de Dakhla   porte de Dakhla

armée   mosquée de Dakhla   dakhla   dakhla

population   dakhla   bord de mer   l'eau

Un mail de Kimco Casablanca me confirme que le joint du quad pourra être envoyé à Dakhla à une adresse connue. Je demande donc à Lahcen de bien vouloir recevoir cette pièce. En attendant, la réparation de fortune tient bien.

Le midi, nous sommes invités par Guy et l'après midi sera la préparation du départ de Marie. Nous irons quand même sur la plage et à l’abri du vent, c’est un régal. Le lendemain, nous allons à l’aéroport. C’est flambant neuf et impeccable. Il n’y a qu’un vol par jour, mais les forces de l’ordre sont très présentes. L’avion s’envole vers 19 h et me voila à nouveau seul. Elle va me manquer beaucoup, même si j’ai pris gout à la solitude. Marie est la compagne idéale de voyage, jamais un mot trop haut, des attitudes et regards de gamine qui s’interroge si elle a fait une bêtise, Elle participe activement aux tâches et demande toujours si elle peut  aider, y compris pour changer une roue de secours. Mais surtout, il y a une tendresse réciproque et une complicité permanente. Même si elle me manque, je savoure pourtant cette solitude, mais pour combien de temps ???

Francis arrive ce matin avec son 4x4 hors normes. Ils viennent de Saumur avec ce petit camion neuf pour l’expérimenter. Il semble petit ce fourgon, mais ils emmènent pourtant un quad, deux énormes roues de secours et les possibilités de rangement sont énormes. Il devrait y avoir d’autres coffres extérieurs. Reste à savoir le prix et les consommations de carburant !

4x4-francis-et-2.jpg   4x4-francis   4x4-francis-et-6.jpg   4x4-francis-et-7.jpg

Me voila donc seul et j’en profite pour faire un grand nettoyage. Le sol, l’évier, la surface de cuisson, les sanitaires… Je démonte le frigo pour enlever toute la suie laissée par le gaz butane, j’installe des LED dans la remorque et vais sans doute en mettre dans le salon. J’installe la parabole, n’arrive pas à la régler, abandonne et recommence. Je laisse tomber, pas besoin de télé !

Aujourd’hui, ce sera ramassage de palourdes avec Guy et Marilyne. Après quelques courses en villes, nous allons gratter et déjeuner au bout de la presqu’île. Après une heure de cueillette, nous rentrons avec un seau plein de ces délicieux coquillages.

p1010874.jpg   vue de la fenêtre   camp MOUSSAFIR   Guy et Marie

 

Un italien est venu installer sa toile de tente à côté de moi. C’est un skin surfeur qui vient depuis trois ans s’adonner à son sport favori dans cette lagune réputée pour cette activité. Chaque soir, il fait sa tambouille assis dans le noir et en plein vent, je lui ai proposé qu’il vienne manger sous mon auvent, mais il refuse prétextant que ça fait partie de l’aventure. Et bien moi, j’ai suffisamment  donné pendant mes 37 ans d’armée. Le 4X4 inconfortable qui s’enlise dans le sable dans lequel on ne peut ni se doucher, ni s’installer confortablement pour aller sur le net, ni sortir dans le froid pour pisser, c’est terminé. 

Petit détail qui a une grande importance. LE PANEAU STOP au sud de Tantan est toujours occupé par les forces de l’ordre qui sont très vigilantes. Je pensais qu’à force de mettre en garde sur le site, cet endroit serait abordé sur la pointe des pneus. Le piège est toujours en place. En arrivant d’une grande avenue sur le rond point de cette pancarte, qui rejoint une route secondaire où il n’y a jamais personne, surtout, marquez franchement l’arrêt pendant 3 secondes. Le policier qui est en faction fait mine de ne pas vous voir alors qu’il regarde du coin de l’œil. Alors, pas de discussion possible, vous aurez beau essayer de convaincre que vous avez franchi à 0,1 km/h, qu’il n’y avait personne, que vous trouvez cela injuste, vous serez verbalisé de 700 Dirhams. C’est comme ça, on ne discute pas avec la loi ! Je me suis fait avoir il y a trois ans et ça ne m’arrivera plus. Guillaume et Patrice qui viennent pour la première fois se sont fait piéger la semaine dernière. Ils transportaient pourtant de sièges pour handicapés sur le toit, destinés à être donnés, rien n’y a fait. Si vous exigez un justificatif, il vous sera proposé une réduction.

Autre détail croustillant qui m’est arrivé l’hiver dernier. Je me déplaçais en quad sans casque et mes amis quadistes me répétaient que j’allais me faire coincer à force de tirer sur la ficelle. Effectivement, un matin, nous sommes partis pour la ville, Marie Louise et Jean Pierre casqués et blousonnés (encore un mot que je viens d’inventer) et moi en débardeur sans casque. Je me fais arrêter par deux policiers,  et m’entend dire «  bonjour, défaut de casque, ça fera 400 Dirhams » Je lui réponds que les policiers en ville se déplacent en mobylette avec leur casquette sur la tête. Il me dit alors : «  Oui, mais eux ils sont uniforme ! » Je leur réponds que je ne peux être en uniforme car je suis retraité de l’armée. « Ah, tu es militaire ? Dans quelle arme ? Quel grade tu as ? » Je lui répond et une conversation s’engage. Mes amis se sont arrêtés devant moi et observent la scène dans le rétroviseur. Finalement, il me dit « C’est bon, tu peux partir » Je prends alors mon casque pour mettre, il me dit alors : « C’est bon, vas y ! » Je redémarre alors sans casque sous les yeux de mes amis qui me prennent pour un rebelle fou furieux. C’est en arrivant à destination que je leur raconte. Quelques jours plus tard, un autre copain décide d’aller au bled voisin et ne jugent pas utile de porter les casques pour une si petite distance. Pas de chance, les policiers l’arrêtent. Même langage autoritaire, défaut de casque, ça fait 400 Dirhams. Puis il demande à William qui a un quad de la même couleur que le mien : « Ce n’est pas le quad du militaire ? » Surpris par cette question, il hésite et répond par l’affirmative. « Ah, d’accord, c’est bon alors, tu peux y aller » Mais le coup de l’ancien militaire, ça ne marche pas au STOP de Tantan !

Le jour de l’arrivée de Guillaume et Patrice, nous parlons un peu. Ils arrivent d’Auxere et se rendent au Mali pour donner des chaises roulantes. Ce voyage fut un peu organisé aux hasards de discussions avec leurs amis. Ils avaient simplement envie de faire quelque chose de pas ordinaire et avec une R18 break, ils ont chargé tout ça sur le toit et sont partis. Lorsqu’ils me proposent de partager des pâtes avec un poulet grillé, je les invite à partager ce moment sous mon auvent et leur suggère d’inviter l’italien. Il accepte finalement l’invitation et nous nous retrouvons tous les quatre pour le traditionnel Ricard, et quand je lui demande son prénom, il me répond Ricardo. Du coup je lui sers un Ricard et de l’O (elle est bonne). Nous passerons la soirée jusqu’à minuit à parler de l’abondance et du gaspillage des pays riches comparé à la misère des pays pauvres. Vaste débat !

Apéro   RICARDeau   Guillaume Patrice   NOEL

Le repas de Noël c’est fait en maillot de bain bien sûr, après un apéro avec Daniel, Véronique et Christian de Toulouse et Daniel de Mulhouse. Flics en retraite et anciens militaires ou légionnaires, il y a un nid dans cet endroit. Au menu, foie gras et Sauternes, puis gigot d’agneau et traditionnel gâteau de Noël. Le tout arrosé de vin rosé.

Un deuxième italien, sans véhicule lui non plus, est venu monter sa tente. Danilo vient chaque année pour faire de la randonnée dans l’Atlas, et cette fois, il est venu voir le Sahara. Il parle également très bien le français. Les nouvelles d’Agadir par Jean Pierre confirment que cette année est plutôt froide. Il y fait 7° le matin. Nouvelles également de Sidi Ifni, Dany et Gaby devraient descendre à Dakhla le 29 décembre, ils arriveront sans doute le 2 janvier.

A Moussafir, les grands voyageurs pour l'Afrique s'installent régulièrement pour quelques jours. On y croise des véhicules de toute sorte et surtout des camions 4x4 équipés. Il y a même un camping car 'blindé' genre Mad Max.

      Blindé  soif !

Sans oublier les coucher de soleil...

        

Marie est de retour, elle doit être maso ou avoir des actions dans les compagnies aériennes! Elle échange sans problème son confortable appartement et sa douche à haut débit contre l'espace réduit et rustique du camion. A 19h, c'est mon ami Lahcen qui m'emmène à l'aéroport et nous quitte rapidement en proposant que nous nous téléphonions pour organiser un repas chez lui dans la semaine. Son épouse est impatiente de passer une soirée avec nous pour améliorer son français car elle passe le bac cette année.

coucher de soleil   aéroport Dakhla   aéroport Dakhla  

Le lendemain, nous passons la journée avec Marie Line et Guy. Visite d'une échoppe d'artisanat traditionnel qui va de la bijouterie berbère aux antiquités saharaoui en passant par les lampes marocaines sans oublier des objets africains. Ensuite, la grande boulangerie qui produit 12000 pains par jour nous autorise à photographier le fournil qui fait point de vente et dont le sol est jonché de baguettes croustillantes. L'odeur de pain chaud envahit toute la rue. Nous avons tenté de joindre Dany et Gaby en vain. Après une cueillette de coquillage dans la lagune, nous déjeunons sur place et allons ensuite à la pêche côté océan.

boulangerie   boulangerie   boulangerie   p1140654.jpg

samarquan   samarquan      

31 décembre

Nous allons préparer avec Marie un dîner presque parfait. Marie-Line , Guy et Ricardo sont les invités et nous aurons la visite de Véronique, Lahcen et son fils et les fréquentes apparitions de Nordine. L’auvent a été bien colmaté pour l’occasion car à 3 h du matin, il fait frais. Le lendemain midi, Marie Line et Guy renvoient l’invitation avec exactement le même menu et le repas finira en bagarre de crème à la fraise.

Encore un solitaire qui s'installe à côté de nous! Fabrice, français résidant australien travaille dans un labo des sucreries de canne. Un an sur deux, il revient en France pour enfoucher sa moto 250 et rouler pendant 7 à 8 mois avec sa petite toile de tente. Il arrive de Mauritanie et se demande compte tenu de cet hiver rigoureux, s'il ne va pas y retourner. C'est en effet un hiver rigoureux, il fait 15° le matin et la météo d'Agadir annonce 7° le matin, et aujourd'hui, 3°... Ya plus de saison ma bonne dame! Je lui propose comme à Ricardo de s'abriter sous le auvent pour faire son repas, de venir y manger quand il veut et d'utiliser les prises pour charger ordinateur, téléphone ou  appareil photo. "Tu fais ta vie, tu n'oublies pas de fermer quand tu parts"

rustique   l'australien   Fabrice   colis

Il y a de nombreux italiens à Dakhla, ils ne voyagent jamais seuls, mais toujours à deux ou trois camping cars. Ils ne restent généralement qu'une nuit pour ensuite repartir au PK 25. Ricardo est l'exception, il est vraiment seul pour sa passion du skin surf, il quitte sa tente vers 9h et demi pour rentrer le soir vers 20h30. Ce soir, quand il rentre, Fabrice fait sa tambouille, Lahcen est venu m'apporter la pièce du quad et nous  nous retrouvons en réunion franco australo italo marocaine. Surprise quand j'ouvre le paquet qui me semble bien lourd, le joint qui doit peser 12 grammes et un sac de boulons de 2 kg. C'est un lest me dit Lahcen, les colis transportés doivent faire plus de 2 kg car c'est plus cher par la poste.

La dune blanche est à 20 km et nous décidons d'y aller en quad avec Fabrice en moto. Nous devrons quitter la plage car le sable est trop mou pour la moto. Arrivé sur place, je redécouvre cet endroit insolite, au décor martien surplombé de cette dune où restent les vestiges de la présence espagnole. Au loin, on devine la route qui vient du profond désert et marque d'un trait noir cette immensité de sable blanc fin comme de la farine. Au passage, je constate que le joint changé n'est pas efficace, Marie a le pied droit plein d'huile. En rentrant, je démonte à nouveau le carter avec Fabrice et Guy. Tout semble parfait sauf que le niveau d'huile est au dessus du maxi. Vidange complète et recomplètement au 2/3 du niveau... On verra!

   Mars?   Ricardo   fuite...

Ce soir nous sommes invités chez Lahcen et Hafida. Guy et Marie Line nous accompagnent avec le petit chien. Nous entrons dans le magnifique salon marocain dans lequel trône une non moins magnifique table. Son épouse nous a préparé une table très bien décorée et remplie de petits plats divers. Puis ce sera une courbine et enfin des pâtisseries. En dehors des conversations courantes, nous nous sommes attelés à faire parler Hafida en français car elle prépare un autre bac avec Balzac au programme.Notre ami nous ramènera au camping vers minuit après une sympatique soirée.

le petit chien   la table   la courbine  

Aujourd'hui, la température est très élevée, quand nous rentrons dans le camping car, nous sentons la fraicheur et pourtant le thermomètre indique 29°. Nous n'avons plus internet depuis 4 jours, il va falloir aller à Maroctélécom pour résoudre cette énigme. Après quelques errements et des renseignements contradictoires, nous trouvons l'agence. Je fais la queue pendant un bon quart d'heure pour m'entendre dire que c'est l'autre file. Un nouveau quart d'heure d'attente et l'on me dit de voir le directeur d'agence. Après un nouveau gros quart d'heure, nous apprenons que le directeur sera là cet après midi. Finalement on nous indique les services techniques qui sont à l'extérieur à une vingtaine de mètres. Le personnel semble s'être rassemblé pour aller déjeuner, et un technicien accepte de retourner à son bureau et règle finalement notre problème. Nous voila reconnecté au monde! Ensuite, nous ferons les rues commerçantes du quartier et rentrerons après quelques courses.

La température s'est un peu rafraichie mais n'empêche pas une sortie en quad. Je vais expérimenter la carte du Maroc installée sur le GPS par Fabrice. Je vais également faire quelques séquences avec la caméra Orégon dans laquelle j'ai mis un module GPS qui trace l'itinéraire sur Google Earth en même temps que les images filmées. Le long de la côte, c'est un vrai billard, dur et plat où l'on peut rouler à 90 km/h, ensuite un passage de sable fin et quelques obstacles sans difficulté. C'est un vrai régal, ça me rappelle les plaines d'Ukraine, lors d’exercices militaires avec  4x4 et char Leclerc. Le soir, extase lorsque j'ai regardé les séquences avec le pointeur mobile sur la carte Google.

sec   peuplé   cahotique   magnifique

Après deux mois de chaleur, de vent, de sécheresse, nous avons eu une averse. 3 minutes de pluie avec des gouttes espacées de plus d'un mètre. La prière rogatoire de la veille a donc été utile.

11 janvier

Fabrice a enfourché sa moto pour remonter vers le nord, Ricardo part ce soir et Marie me laisse à nouveau seul pour rejoindre les terres froides de la ville des palmiers. J'ai un tas de choses à bricoler, de la marche et du vélo à outrance, un peu de quad avec ménagement, vaisselle et lessive... pour meubler ma solitude. J'ai croisé Alain ce matin, surprise, avec Monique, ils habitent à 100 km de chez moi et je les rencontre chaque année dans un endroit différent au Maroc! Nous ne nous sommes jamais rencontrés en France et le hasard nous fait nous croiser sur les routes lointaines sans que nous ne nous soyons contactés. Le camping grouille de véhicules  4x4 et de camions insolites, il y a vraiment beaucoup de passages.

Alain Monique      carré cow boy   salut Australien

Il est 19 h 25, je viens d'entendre ton avion Marie. Tu vas encore passer une nuit et une matinée à Casablanca. Tu es vraiment la "coéquipière parfaite".

Découverte: Internet 3G n'est pas illimité, quand on dépasse 400 Mo, le débit sera de 128 ko le lendemain. C'est pour cette raison que quand je manipule trop de grosses photos sur mon site, je ne peux plus me connecter le lendemain.

14 janvier, température très élevée, 32 ° à l’intérieur et 36° dehors quand soudain le vent se lève violemment et le ciel s'assombrit. C'est une tempête de sable, tout s'envole et j'ai peur pour mon auvent. Ça ne durera que 45 mn, et la température chute de 10°. Le ciel reste couvert et nous aurons quelques gouttes d'eau, pas de quoi nous empêcher d'aller chercher un poulet en quad. Le spectacle sera une fois de plus étonnant. Dans une pièce de cinq mètres sur cinq, une moitié est aménagée en élevage et l'autre en atelier où le commerçant prépare le poulet à emporter. L'animal  est tué, renversé sur un tube de diamètre vingt cm et pendant que ses pattes sont agitée des derniers soubressauts, il se vide. Il est ensuite trempé dans un récipient d'eau bouillante avant d'être déplumé, vidé et amputé des pattes. L'expert mettra en tout moins de deux minutes et nous repartons Guy et moi avec notre volaille prête à être enfournée. Les oeufs qui sont en vente sont bien sûr on ne peut plus frais.

Mon espace privilégié est envahi cet après midi par une tribu d’Italiens. Dix camping car se sont installés comme sur un parking. Ils ont tous un scooter. Ce sont peut être des gens du PK 25 ou simplement ceux qui en ont mare du froid d’Agadir. Chaque jour je vérifie la météo et cet hiver aura été très frais à Agadir. A l’heure où j’écris, il fait 8° et 18 ° à Dakhla. Ca se vérifie une nouvelle fois, les Italiens sont incapables de se déplacer seul.  Mais il va falloir arrêter la transhumance car il y a surpopulation maintenant et Dakhla n’est pas vraiment adapté à ce genre de situation.
Michel a lancé une grande invitation pour son anniversaire qui se passe sous la raïma le soir. Nous sommes environ une quinzaine dont Guy, William, Nodrine, et pratiquement tous les français. Nous envisageons avec William de faire une rando pour faire une vidéo avec sa moto.

anniversaire   anniversaire   William et son Ténéré   invasion italienne

 

 

 

Date de dernière mise à jour : 19/01/2012

BRIDOM FRANCE - View my most interesting photos on Flickriver

www.flickr.com
DOM MATHIEU MAROC MAURITANIE photoset DOM MATHIEU MAROC MAURITANIE photoset