Retour au silence

Le camping commence à se vider, nous commençons à respirer, ne reste que ceux qui ont la prolongation. Il y a beaucoup moins de camping cars en ville, mais la queue au ravitaillement d’eau continue. Hélas, Mario kart est toujours là ! Un petit bonhomme qui se déplace toute la journée en quad avec une casquette rouge, y compris pour vider sa cassette à 50 m de sa « résidence ». Il a de plus deux énormes chiens qui dorment dehors et qui aboient la nuit.

le calme   tranquilité   le-souk   les avenues de Dakhla

Nous déjeunons environ deux fois par  semaine, Sylvie, Marie Line, Roland, Guy et moi, il n’y a pratiquement plus d’apéro ou de vin, nous allons bientôt nous mettre au thé à la menthe.
Roland s’est mis sérieusement à la pêche, ce midi, nous allons manger les trois poissons sortis hier avec une adresse impressionnante.
Les discussions sont centrées sur la Mauritanie, destination de l’hiver prochain. Nous partirions sans les remorques jusqu’au fleuve Sénégal pour environ un mois.

repas hebdomadaire   première prise   ouahhhh  ravitaillement eau

Après le repas de poissons, pendant la sieste au soleil, j'aperçois un couple qui semble chercher quelque chose. Je lève très lentement une paupière, il faut ménager ses efforts, il vient vers moi et la femme m'interpelle:"bonjour, c'est vous que nous cherchons!"  Mais que me veut on? Je reste allongé quand elle me dit:"Nous suivons votre site depuis plusieurs années et nous sommes venus ici pour vous rencontrer" Je suis surpris et flatté, je me lève alors et les invite à prendre un verre. Myriam et Christian viennent de la Somme chaque année au Maroc pour cinq semaines. Ouf! ils n'ont pas fait 3500 km que pour moi! Cependant, ce crochet à Moussafir pour me voir me fait plaisir. Ils connaissent également la région cathare et je leur promets que l'onglet "pays cathare" sera cet automne la référence grâce aux recherches de Marie et à notre parcours complet sur les différents sites.

Demain, Sylvie fait un poulet aux tomates sucrées. Guy et Marie Line seront de la partie avant leur départ pour le PK 25 où ils devraient rester jusqu'à la fin du séjours. Je les verrai de temps en temps. Je vais bientôt être complètement seul. Je vais couper la moustache et l'iroquois et me laisser pousser la barbe comme Robinson. Il n'y aura bientôt plus que LE CHAT. Et trois antennes pour avoir 5 chaines françaises!

mario   mario   déjeuner au château   télévision

Je suis d'une paresse déconcertante. Je me trouve un tas d'excuses pour ne pas marcher, J'ai mes amis à visiter, le chat à surveiller, l'heure du pain, du café, de l'eau, d'internet...Je suis en retraite quoi! Et quoi dire maintenant après cinq années de Maroc, où dénicher l'insolite? Si, la ville, la ville est truffée de forces de l'ordre

Hier, une femme européenne, qui a une maison ici, dans les quartiers loin du centre, est arrivée avec son camping car. Elle était en panique car un homme a cassé sa porte, est entré et l'a menacé avec un couteau. Elle est venu déposer une remorque puis est repartie je ne sais où? Ce matin, je suis allé avec Roland qui fait sa provision de langoustes, la ville était très calme et la police ainsi que l'armée sont présentes partout.

VIDE   retraite   surveillance   papotage

Des bruits de moteur me sortent de ma quiétude. Il s’agit d’une cinquantaine de véhicules qui comblent les vides. Ils ne seront pas très longtemps ici, après un couscous sans excès, une nuit tranquille, ils repartiront au petit matin sur la pointe des pneus. Le calme revient, le silence règne à nouveau, mais le vent souffle toujours aussi fort. Je vais me faire les 15 km de glacis en quad, personne, le vrai désert, en dehors des mouettes sur le bord de mer. C'est une sensation énorme, 10 km devant, 10 km derrière! Du sable, du vent et rien d'autre. Au retour, je longe la côte, la mer est démontée, et un surfeur s’en donne à cœur joie.

sauvage   immense   chaotique   surprenant

   vent   rouleaux   retour poudré
Ce matin, Roland semble contrarié, le bus ne veut pas démarrer, une vitesse a été enclenchée et la sécurité empêche le démarrage. Comme il n’y a pas d’air dans les bouteilles, impossible de la désenclencher. Le compresseur du bus ne peut évidement se mettre en route si le moteur ne tourne pas. Pas grave, il en a vu d’autres avec sa société de transport ! Il branche un tuyau entre ses bouteilles et une roue arrière gonflée à 8 kg, il n’y a plus qu’à attendre. L’attente est longue, un doute s’installe, nous allons essayer de trouver un compresseur à louer, ou un tracteur de semi qui accepterait de venir gonfler les bouteilles. C’est encore un parcours du combattant, il n’y a pas de compresseur, pas de camion dépannage équipé, nous allons donc sur un immense parking de semis et demandons si un tracteur pourrait venir. Un groupe se forme autour de nous, un chauffeur comprend un peu le français, hélas, personne ne veut décrocher sa remorque et après une bonne heure d’errements, nous demandons à un policier en poste sur un barrage la solution. Il nous répond qu’il y a des dépanneuses « Assistances mondiales » Ces déconvenues amènent Roland à envisager l’achat d’un compresseur qu’il ne sait pas où il entreposera, et s’accorde une réflexion.
Nous rentrons finalement, Roland tente à nouveau de démarrer, et ça part ! La pression des pneus à finalement rempli les bouteilles pour permettre la mise au point-mort

Hier soir, langoustes au château, avec un vin pétillant allemand. .Ce midi, invitation renvoyée, langouste, merde alors, on va s'habituer et le marchand de bananes va déposer le bilan si ça continue. En tout cas, le vent est tombé et il fait 28° dans la cabane. Il va falloir s'hydrater, mais les soutes sont vides maintenant, ce sera de l'eau sans Ricard! Les mouches sont revenues, toujours plus chiantes. Ce soir, nous sommes invités au couscous chez Lahcen.

encore de la langouste  !   langouste    

Nous sommes rentrés à 1 h 30 après une sympatique soirée chez Hafida et Lahcen, la grille est fermée et j'ai du escalader pour chercher le gardien.

Encore une semaine au pays de la Land Rover. Le vent est complètement tombé c'est bien plus agréable pour sortir en quad. De nouveaux voyageurs sont arrivés et la personne qui s'est fait agresser est installée dans le camping. Je pense qu'elle a récupéré toutes ses affaires. Le chat m'attend devant la porte le matin, me suit quand je vais quelque part, m'attend et me dépose des têtes de poisson sur le pas de la porte. Elle doit sentir le départ, elle a élu domicile dans un carton.Ca me fout les boules, elle me fait craquer cette petite chatte, mais pas question de la ramener avec moi, je bouge trop pour m'embarasser et je n'ai pas envie de trouver mon camping car déchiré par les griffes. Je la retrouverai l'année prochaine et Nordine s'en occupera. Ce midi, Langouste! On se complait dans la luxure!

land-rover  mademoiselle   démontage   mademoiselle  

Je suis inquiet par la consommation de langoustes, une vraie orgie romaine, il me pousse des antennes et des poils partout, une vraie mutation génétique.

Alien      mutation-langouste

Je remonte un peu plus tôt que prévu avec Roland et Sylvie. Les ennuis commencent dès le matin, au moment de partir, le bus ne veut pas démarrer. Dans ces cas là, on envisage le pire. Vérification des branchements, des fusibles, des batteries. Merde!  Il n'y a plus d'eau dans les batteries. Nous y mettons environ 15 l d'eau, Elles avaient soif et pourtant il avait vérifié au départ d'Agadir. Si elles sont mortes, le porte monnaie va pleurer, il y en a pour au moins 1000 €. En attendant, il branche les batteries cellule dessus, on verra après le café! Finalement, ça démarre, départ pour Laayoune, il passe devant, je sais qu'il roule à environ 80 km/h, au moins mes ardeurs seront modérées. Nous arrivons après 8 h de route pour les 500 km parcourus avec la pose repas du midi. La soirée sera consacrée aux retouches et échanges de photos. Je me couche vers 23 h et suis réveillé vers 5 H 15. Impossible de me rendormir, je joue à Mario kart pour attendre une heure convenable pour tenter de les sortir de leur torpeur nocturne. A 6h 45, je leur téléphone car je crains les foudres de Roland si je tappe à la porte. Sylvie me répond, pas trop vaseuse, alors que je l'ai réveillée. Je lui dis que j'avance jusqu'à une station pour faire le plein et que je les attendrai plus loin. Je dépasse Laayoune de 30 km car il est impossible de s'arrêter. Le réseau téléphone est inéxistant par endroit, ce qui fait que nous recevons les appels en différé pouvant aller jusqu'à une heure. Ils ont pris le route de la côte, nous nous retrouverons donc à Tarfaya. Je suis attendu avec un café et nous repartons. Rendez vous à la dernière station détaxée. Roland doit passer devant et finalement je pars le premier. Nous croisons des troupeaux de chameaux tout le long et beaucoup de sable. Arrivé à l'endroit où j'ai crevé en descendant, je les en informe par talkie walkie, je roule encore quelques kms quand je vois dans mon rétro des appels de phares et une alerte sur le talkie. "Arrête!" Sylvie m'ordonne de m'arrêter. Purée, je perd quelque chose? Je me gare en plein milieu d'un passage encombré de congères de sable, mets les warnings, descends, Roland sent une odeur anormale, peut être un roulement? Inspection, même problème qu'en descendant, la roue touche la remorque et le pneu fume. Le temps que je sorte le cric, les triangles devant et derrière, Roland a déja démonté la roue pour la retourner. Il est particulièrement opérationnel! Nous repartons ainsi à faible allure jusqu'à un endroit où le téléphone passe et j'appelle l'assistance. Je leur donne RDV à Oued Chbika où je vais me rendre et où le téléphone ne passe plus. Difficile de le faire comprendre à mondial assistance! Finalement, le dépanneur est déja là quand nous arrivons. Je passe sur les détails, la remorque est plus large que le plateau du camion!!!  Je sors donc le quad, qu'on met sur le plateau et je garde la remorque derrière le ccar, avec de ce fait moins de risque. Rendez vous demain à Tantan où je vais demander qu'il me répare pour que ça tienne jusqu'à Agadir. J'appelle Marco pour lui dire que je vais arriver à Agadir avec un handicap et lui explique tout. Il m'informe qu'il y a un essieu dans le camping et qu'il va contacter le propriétaire. Demain sera un autre jour.

Heureusement que je suis parti le même jour que Roland, heureusement qu'il me suivait, heureusement qu'il a un odorat développé!!! Impossible de dormir à Chbika, c'est recouvert de tentes militaires, nous continuons donc jusqu'à El Ouatia, ce qui me permet d'avoir la connexion et le téléphone. Coucou Marie!

sable   soleil   pierres   chameaux

LA PANNE   trop large   trop petit   c'est reparti

epave à Tarfaya   repos dans le bus   le jardin   des congères

Nous avons passé la nuit bercés par les rouleaux et à 6 h, je suis réveillé. Je quitte le parking à 7 h pour me rendre au garage de Tantan. Je n'avais pas vu de brume depuis 3 mois, le paysage est irréel. Arrivé au garage, je retrouve le quad et les mécaniciens commencent la réparation. Ca cogne à la masse pour sortir les arbres de l'essieu pour finalement démonter tout et l'emmener dans le coffre d'une voiture chez un soudeur. Au passage Roland me téléphone pour infos. Oh Marie si tu savais, tout le mal que l'on me fait! Et toi, Brigitte, tu en a vu des galères au Maroc, tu as évité celle ci à Marie.

El Ouatia   brume matinale   garage Tantan   rebelotte

A 13 h tout est remonté, je n’ai pas assez de liquide pour payer, je lui demande de m’emmener à un distributeur. Je négocie le prix en lui disant que c’est cher, il baisse 10%. Quand je lui remets la somme, je regarde mes billets d’un air triste, ça marche, il est apitoyé et me rend 100 Dh. Il reste environ 250 km que je trouve très long dans ce décor désertique. Il y a peu de véhicules. Je m’arrête à Tiznit pour chercher un artisan bijoutier et faire réparer quelques bricoles. Finalement il est 17 h 30 quand j’ai fini et je décide de faire les derniers 100 km pour rejoindre l’étape où nous devions nous retrouver. Je suis intellectuellement épuisé, je réussi à avoir Marie, mais très mal, la connexion était bien meilleure à El Ouatia. Je suis parti ce matin au lever du jour et j’arrive à destination au tomber de la nuit. Je devrais rester deux jours ici et rejoindre les potes à Agadir.

Date de dernière mise à jour : 17/03/2012

BRIDOM FRANCE - View my most interesting photos on Flickriver

www.flickr.com
DOM MATHIEU MAROC MAURITANIE photoset DOM MATHIEU MAROC MAURITANIE photoset