premier voyage

Première étape, gare de Perpignan, où je récupère Marie. Il y a encore de la place pour une valise ! La cohabitation doit durer un mois et je pense que tout devrait bien se passer. Ses 45 kg et son bagage de 6 kg n’auront aucune incidence sur la consommation ni sur la vitesse moyenne. Les dialogues sur skype et les trois jours passés à Puivert me laissent pressentir un séjour qui devrait être agréable et sans le moindre problème. La première étape se fait au bout de 35 km pour saluer Christelle et mon fils qui sont pour quelques jours à Banyuls. La traversée de l’Espagne se fait sans encombre si ce n’est une erreur de navigation qui nous fera faire 280 km supplémentaires.

ferry  pont du ferry  la citadelle des cigognes  rampart de Larache

La traversée du détroit sera bien plus pénible ! Arrivée devant le ferry à 13 h pour un embarquement  une heure plus tard, qui ne se fera qu’à 21 h ! Gros chargement de nombreux semi-remorques, départ retardé, même désorganisation au passage de la frontière, 100 km d’autoroute, arrivée à Larache 2 h du matin. La fête de l’Aïd commence dans quelques  jours, il y a des moutons partout, et en plus le temps est épouvantable. Une éclaircie nous permettra cependant de faire un véritable jeu de piste en quad pour trouver une recharge internet pour la 3G et une puce maroctélécom pour remplacer celle de l’année dernière que j’ai perdue.  La deuxième étape se fera à El Jadida où la encore, nous aurons la chance d’une accalmie météo pour visiter la ville en quad, le souk et la médina. Marie est capable d’être plus rustique que moi ! Ca me plait bien.

marie El Jadida  citee-portugaise-1-1.jpg  citée portugaise  église portugaise

Le passage à la lagune de Oualidia se fait le temps de quelques photos. La mer est déchainée, le vent souffle... Un wind-surfeur s'en donne à coeur joie.

marie Oualidia  lagune de Oualidia  tempête  innondations

L’étape à Essaouira se fait sous la pluie, noue arpentons les rues de la médina dans un véritable cloaque. Pas une parcelle exempte de boue et pourtant, ça grouille comme d’habitude. Nous passerons la nuit  sur le parking, bercé par le la pluie qui tombe sur le toit et le bruit des vagues.

Essaouira medina  pluie    auto stop?

Avant d’arriver à Atlantica parc, nous prendrons un verre à Oualidia où la mer se déchaine dans la lagune. Tout est désert, il fait un temps à ne sortir que les ânes et les moutons. Le passage à Safi se fera sous un vent latéral violent. Arrivé sur les hauteurs de la ville, nous nous arrêterons sur l’immense parking. Le vent est si violent que le camping car vacille comme un bateau.    

Arrivés à destination, je retrouve tous les artisans qui m’embrassent et découvrent « la gazelle » puis je rends visite à mes amis hollandais et je croise des connaissances arrivés depuis une ou deux semaines. Des propriétaires de chalet sont dans tous leurs états, des rats se sont installés chez eux et le linge sent le moisi.

mêêêêê  petit coin de paradis  galop sur la plage  la plage Atlantica

L’installation se fait rapidement, nous passons de nomades à sédentaires.  La bétaillère se transforme en F5. Marie regrette cet embourgeoisement. Nous faisons une petite reconnaissance de la plage, du bled voisin et nous rendons visite à Hassan. La fête est proche et la famille commence à se rassembler, nous avons droit au thé à la menthe, aux petits gâteaux et Marie se fait décorer les mains au hénné.  Hassan est égal à lui même:" Alors salopard syndiqué, c'est ta gazile! tu as choisi la bonne qualiti

L'embourgeoisement est terminé, parabole réglée, remorque aménagée en cuisine auxiliare, auvent monté et solidement arimé. Cependant, la vie à deux marginaux se conjugue avec désordre et rangements incessants. Les rando en quad sont un vrai régal, il y avait un an que ce véhicule se conduisait comme une brouette de béton, les réparations en ont fait un vrai vélo. J'avais emporté un pneu neuf pour changer celui qui s'usait anormalement, mais je le ramènerai en France intact. J'ai laissé tomber les bananes, je mange chaque repas dans une assiette avec une fourchette. J'ai également repris les séances de plage et bronzette. Marie Louise et Jean Pierre sont arrivés, Denise et Marco me "skypent" de temps en temps en attendant leur prochaine arrivée et les cricri me "maillent"

réglage parabole  touareg luxe  surfeurs  Aourir, village bananes

bord de route  baie d'Agadir  marina d'Agadir  ramparts d'Agadir

La route d'Agadir a été refaite, le décor est le même, Aourir et ses bananes, Taghazout et ses surfeurs, les bas côtés et les ânes ou dromadaires.

10 novembre

Il fait chaud, mais nous sommes en hiver et le vent et les zones ombragées sont frais. Nous partons à Agadir pour faire des emplettes à Uniprix et manger un morceau en bordure de plage. Mon optimisme me fait choisir un débardeur et un short, je sais que je vais peut être me geler, mais je n’y crois pas. Comme d’habitude, j’avais tort! Un premier arrêt à Imourane pour demander un câble vidéo à Hassan, puis à Aourir pour faire le plein. Quelques km plus loin, je me fais arrêter par les gendarmes. Pour une fois, sans excès de vitesse et avec casque sur la tête. Ils me demandent  mes papiers et je ne les ai pas.  « Tu n’as pas de carte grise du véhicule ? » Je lui réponds que je les ai oubliés, il me dit que ça fait 800 dirhams. « Je ne vais pas retourner, il y  a au moins 15 km ! » lui dis je. Finalement, ils me laissent repartir pour me présenter à nouveau. Pas de chance, nous retournons donc et 45 mn plus tard, je franchis à nouveau  le contrôle, me gare et ils me font signe de passer ! Arrivés à Agadir, nous visitons les remparts, la marina et déjeunons au Côte d’or.

12 novembre

Sortie à Agadir en quad avec Marie Louise et Jean Pierre. Ils devraient partir à Merzouga quelques jours avant que leurs enfants arrivent.

13 novembre

La nuit a été une vraie fournaise. Le siroco souffle assez violemment, il a fait 28 °. Au réveil, je vérifie l’état des lieux, rien n’a bougé. Journée farniente, un peu de rangement, mini lessive et télé en pointillé. Depuis bientôt trois ans que je suis seul, mon quotidien nomade vient de changer. Je partage mes émotions, je me sens bien plus gai et je mange dans une assiette  et autre chose que des bananes. Marie est simple, « no stress », et en accord intellectuel avec moi. Une parfaite collocatrice, coéquipière, confidente…Elle doit rentrer en France le 26 de ce mois et revenir pour les vacances de février.

16 novembre

  Aujourd’hui, ciel couvert, température un peu fraiche, un petit blouson s’impose pour aller au souk d’Aourir. Les odeurs, les couleurs et les sons nous envahissent et supplantent les effluves de patchouli que Marie revêt chaque matin allègrement. Nous achetons 5 kg de légumes variés pesés dans la même bassine pour 3 € ainsi que 2 kg de mandarines pour 70 cts. Au retour nous prendrons une boisson dans un cadre dont la devanture ne traduit pas le cadre de verdure luxuriante au bord d’une piscine. Le prix des consommations est le même que dans n’importe quel  bouiboui insalubre. Un crochet par la plage qui longe l’itinéraire de retour nous fait découvrir une ambiance chaque année plus touristique. Les surfeurs sont à la  recherche de « la vague », les chevaux et chameaux errent sur le sable et les paillotes sont de plus en plus nombreuses. Arrivés à destination, nous entendons des bruits insolites, puis apercevons sur la colline un troupeau de « chameaux ».  Ici, les dromadaires sont toujours appelés des chameaux et ils blatèrent bruyamment.  Ils sont une quarantaine et leur déplacement ne passe pas inaperçu.

souk d'Aourir  Aourir  Aourir  plage Imourane

plage Imourane  surfeur à Taghazout  dromadaires  troupeau  

19 novembre

Après quelques journées de plage ou piscine, le temps se gâte. Il commence à tomber un vrai déluge et nous sommes contraints de nous enfermer. Il pleut même sous le auvent et pour éviter de tout bouleverser dans le carré, nous décidons de réchauffer les pâtes de midi et d'y ajouter une omelette très liquide. Le tout sera chauffé dans une poêle à frire sur le petit réchaud à gaz. L'encombrement causé par ce bouleversement brutal fait que nous sommes un peu à l'étroit. Soudain un bruit d'objet qui percute le sol nous immobilise. La poêle est tombée et s'est vidée de son contenu sur les tapis! Après un bon nettoyage, nous ferons une omelette simple sur le  même réchaud, mais surveillé avec grande attention. La nuit sera troublée par les fortes pluies qui tambourinent le toit. Avant de s'endormir, pendant cet instant où il nous semble nous enfoncer entre le réel et le rêve, Marie me dit très sérieusement, bien qu'à moitié endormie: "quelqu'un pompe!" Après quelques secondes, je lui réponds que c'est une goutte d'eau qui tombe sur une caisse en plastique. Je lui dis également que son sérieux m'a tout de même surpris, et nous partons dans un fou rire. Puis après quelques minutes à la recherche du sommeil, ne pouvant m'empêcher de penser à cette phrase de quelqu'un qui pompe, j'éclate de rire, nouveau fou rire et finalement, Marie ne pouvant s'endormir la tête vide, allume et se met à lire un bouquin.

23 novembre

L'arrivée de Dany et gabi ne passe pas inaperçue. Ils arrivent du pays où on mange bien, le Gers. Leur car, décoré d'une superbe peinture de d'Artagnan n'entre pas dans l'emplacement, je leur propose la place qu'occupait Thierry l'hiver dernier et après avoir sorti la Smart du garage, il se met en place sans pour autant empiéter sur la route. Ils ont tout vendu pour vivre leur rêve, l'Europe pendant deux ans. De mon côté, j'ai décoré ma remorque comme mes cartes de visite, il m'a fallu deux heures pour faire l'esquisse, je mettrai de la couleur quand Marie sera partie.

 le bus de Dany et Gabi   sortie de la Smart      déco remorque

24 novembre

Démontage des agrès du auvent, rangement intérieur, préparation du départ de Marie. Nous partons la veille du départ et dormirons sur le parking de l'aéroport d'Agadir, le décollage ayant lieu le lendemain à 6 h.

26 novembre

Un mois de vie maritale s'achève, l'avion décolle à 6 h pour la France et Marie rejoint les siens et son boulot. Je me retrouve seul après cette vie de couple que je savourais chaque jour d'avantage pour ce partage de mes joies, de mes émotions, de ma passion pour le Maroc et le camping car. Je vais maintenant réinstaller mon campement pour  deux ou trois semaines avant la descente dans le grand sud où je pense rester plus de deux mois. J'y retrouverai des amis et l'endroit sera propice à ma méditation. 

M. Louise et Marie   Apéro   Restaurant le Palmier   route de l'aéroport 

Aéroport Agadir   Aéroport Agadir  tichka chanel    peinture remorque 

J'ai repris mon train train, promenade avec les Minet, derniers bricolages avant le départ, peinture remorque avec l'aide de Rachid pour les mélanges de couleur. Jeanot et Gérard sont arrivés et installés à côté de moi. Gérard s'est fait voler les selles de ses vélos. Je vais installer un solaire sur le toit de la remorque et un éclairage autonome. Chaque jour, j'ai Marie sur skype et nous préparons déja le prochain hiver au Maroc en passant par Bugarache. Mercredi, jour du souk à Aourir, nous allons y aller en quad avec JP.

Sortie quad avec Jean Pierre. Nous empruntons la nouvelle route qui relie tous les bleds perdus

Le deuxième voyage approche, 1200 km pour arriver à Dakhla en plein Sahara. Comme l'hiver dernier, deux camping cars devraient accrocher derrière. Dany et Gaby seront de la partie. Marie revient au Maroc, elle a obtenu un congé exceptionnel. Du coup, Sylvie mon invitée ne vient plus à Noël à Dakhla. Elle devait me rejoindre deux semaines et mon programme était un peu organisé pour elle. Je ne suis donc plus pressé de descendre. Marie arrive demain à l'aéroport, il me reste peu de temps pour finir mon support de grande parabole qui prendra place sur la flèche de la remorque. Il faut en effet une antenne de taille pour capter notre satellite. Je pense que je pourrai finir mon installation électrique dans la remorque. Moitié 220 v et moitié solaire. 

parabole grand diamètre   aménagement remorque   sortie quad   sortie quad

sortie quad   sortie quad   sortie quad   sortie quad

Roland et Sylvie arrivent de l'Aiguillon sur mer avec leur bus et se garent à côté de Gaby et Dany. L'aménagement leur a pris un an et ils viennent d'y ajouter un tiroir qui l'élargit d'un mètre. Cet aménagement leur a pris deux mois. Ils partent pour le Sénégal.

smart assortie   tiroir déloyé   Espace   Roland et Sylvie

Cet après midi, sortie quad avec Marie jusqu'au col de la nouvelle route où nous nous gèlerons les os.

Dernier jour avant le deuxième voyage. Une bonne journée de travail pour démonter, nettoyer, ranger et surtout caler. Roland et Sylvie sont partis, nous les retrouverons sans doute sur la route. Dany et Gabi partent demain et nous nous retrouverons à Aglou où nous resterons deux jours avant la grande descente. J'ai également démonté quelques pièces du quad pour trouver d'où vient la fuite d'huile. Il s'agit d'un joint spi qui se trouve sur l'axe du lanceur. J'espère que ce sera réparable à Dakhla!  Un petit poème pour Gabi:

Sans vouloir faire des vers

Gabriel a perdu un verre

Et sans être pervers

Mis son pantalon à l'envers.

Le roi  du gag s'est aperçu après au moins trois heures qu'il avait perdu un verre de ses lunettes fumées. Ce n'est même pas lui qui s'en est aperçu et ça a déclenché un fou rire. Deux jours après, il rejoint la bande pour un café et encore une fois, c'est quelqu'un qui lui fait remarquer que son pantalon est à l'envers. Il comprend alors pourquoi il ne trouvait pas son mouchoir dans sa poche!     Suite dans le deuxième voyage.

Date de dernière mise à jour : 08/12/2011

BRIDOM FRANCE - View my most interesting photos on Flickriver

www.flickr.com
DOM MATHIEU MAROC MAURITANIE photoset DOM MATHIEU MAROC MAURITANIE photoset