Deuxième voyage

De Agadir, nous allons faire 1200 km pour rejoindre Dakhla

 

Départ 9 h, premier arrêt à l'ancien "trou du diable" où nous prenons le café avec Sylvie et Roland. Un arrêt pour acheter des essuis glaces où deux employés du magasin mettrons trente minutes pour me les changer, ils sont souvent très forts pour des réparations qui semblent impossible, mais là, c'est l'inverse. La route pour Tiznit est agréable, arrivés dans la ville fortifiée, nous errons dans la médina et traversons le souk. Surprise, c'est propre, et aucun vendeur ne sort de sa boutique pour nous sauter dessus et nous vendre sa camelotte. Pire encore, nous achetons un vêtement de qualité pour le quart du prix négocié au souk d'Agadir. Et il ne nous propose pas autre chose, le prix ne s'est pas discuté et nous repartons à travers les ruelles sans jamais être harcelés, nous sommes pratiquement ignorés. Je demande dans un petit atelier de me faire un double de clée que je cherche depuis une semaine, en ayant visité tout le souk d'Agadir et les bouisbouis d'Aourir, sans jamais trouver la bonne ébauche. Il fouille dans une caisse, met sa machine en route, trois minutes après, il me la donne contre 70 cts d'Euros. Nous partons ensuite pour Aglou et je retrouve une petite ville côtière complètement changée. Le camping est plus que parfait avec son épicerie neuve et son restaurant nickel. Des maisons neuves bordent la plage et la fameuse promenade pavée de la plage est rénovée, éclairée et envahie de promeneurs. Il  y a de la vie après 18 h ici.

retrouvailles Roland   taxi local   Tiznit les ramparts   tiznit arrêt de bus   

tiznit la médina   camping   camping   camping

aglou   aglou   troglodytes   aglou

Promenade matinale sur  la plage des troglodytes. Le temps est couvert, mais il ne fait pas froid. Vers 16 h Dany et Gaby arrivent et ont bien du mal à garer leur bus. Gab me donne un coup de main pour démonter le lanceur du quad. C'est effectivement le joint et le modèle est si particulier que je vais devoir le commander chez Kimco. Le quad est bloqué jusqu'à l'arrivée de la pièce! 

Installation en sauvage, bord de mer avec Dany et Gaby. Le ciel commence à se découvrir, ce devrait être bon pour demain à Sidi Ifni. Ils vont à Tiznit avec la Smart, pour faire quelques emplettes, ils devraient pouvoir  me faire fabriquer un joint pour le carter du lanceur du quad.  Pendant ce temps, nous gardons le bivouac et leur chienne "Chaussette". A leur retour, ils me rendent le carter avec un joint parfaitement adapté et un tube de pâte 300° pour une somme dérisoire. Je vais ainsi faire une réparation de fortune en espérant avoir la pièce de France par colis.

bivouac comme les cow boys   route   mirleft   mirleft

Nous traversons la région jusqu'à Goulimine, des cactus à perte de vue, la culture principale pour les figues de barbarie. La route est en très mauvais état. La route est ensuite bordée d'un paysage aride, c'est le début du Sahara.Arrivés à El Ouatia, Tantan plage sur les cartes, je retrouve cette petite ville côtière dont le charme et la tranquilité me séduisent toujours autant. J'ai toujours la même plaisir à y faire escale. 

chargement hors normes   Bagdad café?   Tantan   Tantan

El Ouatia   El Ouatia   cactus   ferme

Oued Chébika n'est plus très loin et nous y ferons escale. Marie est époustouflée par ce décor grandiose de mer déchainée, de la lagune aux pieds des dunes blanches, à la faune ornithologique variée dont les flamands sont à peine effarouchés de notre présence. Les vagues déferlent dans un bruit sourd et notre nuit au bout du monde sera bercée de ce tumulte.

flamands roses   le fort    piou piou   sur les thermiques

   seuls au monde      majesté

L'étape suivante n'est qu'à 15 km, mais je tiens à y passer au moins deux nuits. Oued Mafatma! Les falaises des pêcheurs, encore plus grandiose et sauvage. Des paquets de mer percutent les falaise en grand fracas. Les éléments se déchainent, ça claque dans un bruit de tonnerre et les gerbes de vagues explosées dépassent les falaises hautes de 15 à 20 mètres.

oued mafatma   oued  mafatma      

   pêcheur   autre faune   autre bout du monde

Départ pour Laayoune, il y a environ 250 km de désert sur une route droite à perte de vue. De temps en temps un troupeau de chameaux, des dunes ou une station isolée.Des pylones à perte de vue et des relais téléphone. Comment enrouler une jante autour de son moyeu? Ca commence par de faibles vibrations à peine perceptibles, puis un franc ralentissement et un arrêt d'urgence où il n'y a ni parking ni bas côté. Je descends vérifier si je n'ai pas crevé, Non, les six roues du camping car sont intactes! Je jette un oeil sur la remorque et constate que la roue droite, ou du moins ce qu'il en reste, est enroulée autour du moyeu. Quand les gros semis remorques se croisent, c'est plutôt impressionnant, car ils doivent s'arrêter d'urgence pour laisser passer celui d'en face. Position très inconfortable! Je ne peux démonter ce qui reste de la jante, il faudrait un chalumeau ou une disqueuse. Nous mettons en place les triangles et j'accroche un gilet fluo sur la remorque. Le cric et deux chandelles pour lever tout ça. Deux voitures s'arrêtent et proposent leur aide. Il s'agit d'une association franco-Guinéenne "Arc en ciel". Les barres de fer ne suffisent pas pour détordre l'amas de ferraille. Je les remercie. Un marocain s'arrête et sort des barres métalliques. Rien n'y fait. Les deux campings car que nous avons cotoyés à Oued Mafatma s'arrêtent, J'appelle l'assistance, je suis en contact avec le garage Salam de Laayoune qui me propose de me remorquer. Je lui demande de n'amener que de quoi découper, le véhicule n'est pas remorquable. Le garage est à 173 km. Le temps passe lentement, il n'y a rien en dehors de queques énormes camions qui nous frôlent. L'assistance n'est pas prête d'arriver. Je commence donc à couper à la scie à métaux, c'est lent, je redresse morceau par morceau, puis renonce, puis recommence, puis me repose, puis recommence et avant l'arrivée de l'assistance, j'en viens finalement à bout, je remonte donc la roue de secours, mais elle frotte sur la remorque. J'ai du tordre le bras en passant les dos d'âne à vive allure. Les gendarmes s'arrêtent, appellent l'intervention et me donnent leur téléphone en cas de problème. Si vous avez un problème dans un rayon de 200 km de Laayoune, il faut appeller le garage officiel reconnu par Europe assistance: garage Salam, Mohamed au 0528996263 ça peut être utile.

plus de roue!   les secours   à bras ferme!   scie à métaux

Garage Salam   Mohamed   Equipe dépanneurs   Salam intervention

Les dépanneurs sont là, il me montent la roue à l'envers pour qu'elle ne frotte plus et nous prenons la route pour au moins deux heures. En arrivant à Laayoune, nous nous garons devant le garage dans une rue étroite en plein centre ville. C'est très animé. Nous allons dormir sur place et attendre demain pour sans doute démonter l'essieu complet et remettre ça parallelle. Le lendemain à 9 h, Mohammed, qui parle français, m'accueille et me dit faire son possible pour réparer rapidement. Nous visitons la ville moderne du Sahara, il doit y avoir plus de 200 000 habitants. C'est propre, moderne et ça grouille de monde. Après quatre jours de sauvage, c'est le dépaysement!

 Laayoune   Laayoune   Laayoune  Laayoune 

18 h 30, l'essieu est remonté, j'ai une roue de secours toute neuve et j'ai demandé qu'ils me fassent la vidange moteur. Nous passerons donc une deuxième nuit ici. Nous sommes vendredi 16, mais il n'y a pas plus d'activité nocturne, vers minuit, c'est le silence total et les chiens sans maitre errent dans les rues en aboyant toute la nuit.Ca résonne, c'est lugubre, digne d'un film de fiction, la rue appartient aux meutes rivales.

7h, départ pour 500 km. Arrivé à Boujdour, je ne recomplète pas le réservoir en gas oil, je devrais tenir 100 km. Je commence à être vieux, j'ai oublié que la prochaine pompe est plus loin que ça. La jauge est à zéro, je préfère donc me garer et demander un bidon. Le troisième véhicule que j'arrête me propose de siphoner 15 l. Je lui donne des chaussures, une peluche et une veste. Je peux ainsi rejoindre une autre station. Pas de bol, il n'y a plus de carburant dans les soutes. Heureusement, il a des bidons de 30 l et je vais ainsi pouvoir rejoindre la prochaine station, Espérons qu'ils ne me propose pas 10 l cette fois. Gagné, je fais le plein, il reste 115 km.

épave   à bicyclette...   boujdour   106 km nord Dakhla

106 km nord Dakhla   dakhla   lagune Dakhla   km 25

Arrivé à Dakhla, je m'arrête au km 25 pour dire bonjour à Guy et Mariline et je rejoins Moussafir et commence à décrocher, caler, déballer quand soudain, à 30m, Nordine apparait, me salue en m'appelant "mon commandant" et chante "le marin qui revient de la guerre" Il m'embrasse, me rappelle que pour moi c'est 20 Dh par jour et "à vie" Nous sommes invités ce soir, il va en ville acheter des côtes d'agneaux. A SUIVRE

Date de dernière mise à jour : 19/12/2011

BRIDOM FRANCE - View my most interesting photos on Flickriver

www.flickr.com
DOM MATHIEU MAROC MAURITANIE photoset DOM MATHIEU MAROC MAURITANIE photoset